AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ace combat 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sora-kun
maître de la keyblade
maître de la keyblade
avatar

Nombre de messages : 1411
Age : 26
Localisation : dans le monde des rêves
Date d'inscription : 21/07/2006

MessageSujet: ace combat 5   Ven 21 Juil - 14:07



Scinder en deux les nuages dans un tourbillon métallique, réduire à néant les chaînes de la gravité, suivre avec grâce ces fleuves aériens tumultueux et soyeux, matérialisant la liberté en une soudaine étreinte. Voici des bribes de ce que peuvent évoquer les balais aériens mis en scène du simple fait de votre habileté, mais également par le biais d'un certain appel à une émotion fébrile. Ace Combat cinquième du nom, c'est tout d'abord un divertissement effectivement, mais c'est également un espace d'onirisme, de légèreté, baigné d'un horizon de plaisir ludique. Tout ça dans un même jeu ? Et bien oui. Mais laissez-moi vous conter ces récits que seuls les habitants des cieux connaissent.

Après la prestation on ne peut plus séduisante du volet précédent d'une série qui ne démérite pas au fil des années et de l'évolution des technologies, Ace Combat 5 survient dans un déluge de vapeur et de fureur. Héritier d'une exploitation graphique touchant au photo-réalisme, ce dernier opus invente une autre dimension, en incluant non pas une donnée technique supplémentaire et banale, mais une vie, un caractère profond qui transcende le joueur dans son statut de spectateur interactif, et le fait pénétrer dans un univers répondant à ses désirs les plus profonds. Réincarnant son statut de produit vidéoludique aux seuls moments où votre partie prend fin, le dernier titre de Namco possède un degré d'implication vivace. Certains titres parviennent à vampiriser l'attention par leur gameplay, d'autres par leur ambiance, d'autres encore en mélangeant habilement ces données en un maelström de force immersive. Ace Combat 5 fait partie intégrante de ceux-ci. Débutant habilement par une trame scénaristique au contexte géopolitique trouble et interrogateur, le soft amorce dès vos premiers pas en son sein une approche sereine et clairement cinématographique, exposant les divers acteurs de façon humaine, opérant de ce fait une volonté d'attachement aux divers personnages oeuvrant dans la garnison. Au départ distants et peu propices à la discussion, vos coéquipiers vont, au gré des batailles, entretenir une relation de confiance avec vous, que vous ressentirez réellement par le biais d'une part d'un revirement du scénario amenant un état d'esprit différent, et d'autre part par les dialogues émaillant les divers assauts aériens. Réunie donc par un statut de guerre quasi mondiale dans un monde en équilibre entre l'uchronie et la science-fiction, l'équipe de pilotes portée en avant tisse des liens pratiquement viscéraux devant le fléau auquel elle doit faire face.

Une cohésion se met ainsi en marche, donnant l'impression de partager un destin commun, ce qui apporte énormément quant à la volonté éminemment notable des développeurs à décrire des évènements à l'aide des codes du cinéma, ancrés dans un appel aux sentiments très intéressant. Découpé à la manière d'un long métrage, Ace Combat 5 décante une trame reposant sur la montée en puissance d'un conflit larvé depuis de nombreuses années, aux tentaculaires influences, englobant une mise en confrontation de différents points de vue économique et désirs évidents de possession et de puissance. Au coeur de ce tumulte qui nourrit une escalade sans retenue vers l'utilisation forcenée de technologies civiles perverties par les militaires, vous êtes un pion, certes avec sa personnalité et son passé, mais sans réel rôle à jouer en particulier. Vous êtes un soldat perdu dans la masse d'autres combattants. Et votre statut de chef d'escadrille ne remet en rien ce constat en jeu. Soumis aux ordres de vos supérieurs et à vos ordres de missions parfois suicidaires, vous n'agirez pleinement de votre propre chef que lors des échanges verbaux en vol. En effet, alors que l'on donnerait aisément l'adjectif de silencieux à votre terrain de jeu, vous serez inséré dans un flot de mots incessants. Communiquant la majeure partie du temps entre eux, les pilotes s'adresseront également quelques fois à votre personne, en vous demandant votre avis sur une situation précise du conflit dans lequel vous êtes enserré, ou vous adressant tout simplement des requêtes ou des remarques inutiles, mais d'un naturel conscient, accordant cette part d'humanité que j'évoquais précédemment.

L'un s'intéressera à son devenir, l'autre cherchera à dénicher en vous une peur vous rendant plus proche de lui, bref un tableau de sentiments bigarrés et intensément prenant. Vous ferez vraiment la connaissance d'une pluie de sons, d'interrogations, d'exclamations, soutenues par les éclats rougeoyants des explosions et les éclairs lumineux des tirs ennemis. Un voile dans lequel on se laisse lestement prendre. Vous aurez de fait le plaisir de bénéficier d'un travail sur le son détonnant, vous englobant au coeur d'une action dynamisée par ce même moyen. Utilisant des ficelles analogues à celles de Medal Of Honor, Killzone, ou encore Call Of Duty en ce qui concerne la part sonore de l'implication, Ace Combat 5 table plus sur une sorte de déluge, plutôt que sur un réalisme forcené. On se trouve donc avec des bruitages assez fantaisistes, mais sincèrement prenants. On ressent par ailleurs le même sentiment concernant la jouabilité. Intensément orientée arcade, cette dernière ne s'embarrasse pas de la gestion des jets, de la surveillance de l'altimètre, ou de cette bonne vieille assiette. Intuitive et sécurisante, elle ne se borne pourtant pas à afficher une mollesse paresseuse, ou une pauvreté de possibilité. Il est en effet plus que possible d'aboutir à la mise en forme d'un gameplay accessible et simple sans pour autant le limiter. En fait, dans Ace Combat 5, il vous est octroyé une liberté si imposante, si grisante, qu'il vous vient immédiatement à l'idée de tenter les dépassements les plus surréalistes, des prises en chasse de plus de deux minutes, en vous laissant emplir par la souplesse de l'appareil, ou encore de terrifiants piqués.

Un aspect permissif à toute épreuve donc, mais qui sait se montrer rude de façon équilibrée, lorsque vous pensez maîtriser au mieux votre appareil. Il est effectivement très envisageable de décrocher après un ralentissement trop brusque, ou de s'écraser lourdement à cause d'une attention relâchée sur la distance au sol, ou simplement la prise en compte lacunaire du rayon nécessaire à un redressement sans danger. Le gameplay parvient donc à limiter votre imagination, tout en conservant sa force ludique. Et si ces aspects louables ne vous convainquent toujours pas, il demeure encore au fond du sac à arguments, la qualité graphique. Sublime est le mot qui convient le mieux à Ace Combat 5, malgré une évolution peu nette avec son prédécesseur sur ce point précis. A bord de votre avion dépositaire de trois vues différentes dont une cockpit magnifiquement précise et détaillée, affichant le luxe de varier suivant le modèle utilisé, vous pourrez admirer les paysages défilant sous vos ailes, et s'éteignant dans un horizon que vous chercherez sempiternellement à atteindre. Variés et exposant des textures éloignées d'une beauté assez fascinante, les environnements rivalisent de teintes fines et légères, de dégradés astucieux mettant en exergue les reliefs, les types de revêtements naturels, et surtout, lorsqu'elle est présente, le bleu profond d'une mer aux nombreux reflets. Et s'il est vrai qu'un fois proche du sol la magie opère de façon plus posée, il n'en reste pas moins qu'il faudra vraiment vous approcher à la limite du non-retour pour constater cet état des lieux. Dans le même ordre d'idées les engins que vous piloterez, offrant la vision d'un travail plus que conséquent concernant la reproduction du métal, rappellent durant les replays le choc ressenti lors de ces mêmes rediffusions des courses de Gran Turismo 3. Une espèce de contemplation silencieuse et il faut le dire flattant l'ego, d'un moteur de jeu pouvant donner naissance à des modèles physiques fantastiques. Impressionnant.

Toutefois, il faut également reconnaître que ce dernier né de la série Ace Combat, possède deux défauts de taille, qui l'empêcheront de se hisser au firmament. En premier lieu, celui-ci souffre d'une absence d'innovations flagrante, donnant au joueur l'impression, et même plus que l'impression, d'expérimenter le gameplay de l'épisode 4 dans ses moindres détails. Alors que l'on s'attendait à une refonte de la jouabilité, nous voici face à un copié-collé à peine amélioré et un tantinet léger qui va de paire avec un ajout maladroit véhiculé par le fait de pouvoir discuter avec ses coéquipiers. En effet, dans une volonté de diversifier l'approche de son jeu, Namco a inclus un système d'ordre via les touches directionnelles. A chaque touche enfoncée correspond en fait une formation donnée. Vous avez donc le choix entre une couverture aérienne, une dispersion, une attaque frontale, ou encore l'interdiction d'utiliser les armes spéciales. Une idée intéressante dans le fond, mais qui se révèle inutile de par l'absence de réactivité de vos comparses. Pas une seule fois ils ne viendront vous prêter main-forte, et vous serez le plus souvent obligé de résoudre le problème vous concernant tout seul. Un complément un peu gadget donc, mais qui ne suffit pas au final à désarçonner Ace Combat 5, qui s'impose comme le meilleur titre de combat aérien non seulement sur PS2, mais également dans le monde des 128 bits en général. Une franche réussite, qui si elle manque d'originalité, ne comporte pas de carence en charisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fullmetal.megabb.com
 
ace combat 5
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
khworld :: blabla :: jeux video-
Sauter vers: